JO : le point après 6 tours

A la mi-temps tout virtuelle du Round-Robin, ce n’est plus le moment de se cacher. Les ambitions sur ce tournoi olympique de curling s’exposent au plein jour et les positions s’affirment (surtout ne ratez pas la vidéo). En fait, les choses sérieuses ont commencé depuis longtemps, et le Ice Cube de Sotchi a été le théâtre de parties sublimes comme le Norvège – Suède masculin du 6ème tour.

Chez les hommes, la Chine domine froidement les débats sans s’être encore frotté aux grosses pointures. Elle est suivie par l’impressionnante Suède, victime d’un petit relâchement face au Danemark, par la Grande-Bretagne et la Norvège, tout deux juste défaits par ces mêmes suédois. Les canadiens, champions olympiques en titre, souffrent d’un départ poussif mais se sont rattrapés face au Danemark et la Russie. Ces derniers, avec les Etats-Unis peinent face aux favoris. Quand à l’Allemagne, repêchée par le tournoi pré-olympique, elle ne compte encore aucune victoire. Mais la grande déception concerne la Suisse. Les récents champions d’Europe ne comptent qu’un victoire, certes probante face au Canada, mais ont ensuite à chaque fois été défaits de justesse dans des parties particulièrement serrées.

Dans le tournoi féminin, les canadiennes se promènent en scorant très largement à chaque partie. Seules les suédoises tiennent le rythme, en se défaisant non sans peine à la dernière pierre du Danemark et de la Chine. La Suisse marque le pas en perdant ses 2 derniers matchs dont celui face à la Suède, avec ce 10 end monstrueux… La Chine, le Japon, la Corée et la Grande-Bretagne souffrent, mais un peu moins que la Russie, qui enchaînent 3 défaites d’affilée, les Etats-Unis, qui viennent d’enregistrer leur premier succès face au Japon, et le Danemark, toujours bredouille.

Voir les résultats détaillés.

Rencontre du 4ème tour du tournoi olympique, Norvège (en rouge) – Allemagne, 10ème end, score de 5-5. L’équipe qui remporte ce jeu remporte aussi le match. La Norvège a le marteau (l’équipe qui a le dernier lancer de pierre) et dispose ainsi d’un avantage conséquent.
L’Allemagne doit fermer le milieu pour pouvoir espérer, la Norvège doit le laisser accessible pour placer sa dernière pierre…